Quoi de neuf ?

Ça bouge, ça respire, ça vit :  ça sent bon la rentrée, ENFIN !

Six mois que les portes du Thenso sont restées fermées, les projecteurs éteints, le rideau baissé !

Il est grand temps de reprendre, que notre lieu redevienne vivant, que nos voix résonnent à nouveau joyeusement dans les couloirs du Fort Kléber

et que nos rires vibrent dans notre petit théâtre, qu’ils s’élèvent jusqu’à la voûte et s’y diffractent en milliers d’éclats cristallins.

Nous avons soif  de légèreté, de fantaisie, d’insouciance et de liberté.

TOC, TOC, TOC

Nous vous invitons tous, petits et grands, à venir toquer à notre porte,
pour partager avec nous quelques moments de bonheur et de joyeuse créativité.

Une séance d’essai gratuite : pour voir, faire connaissance, s’inscrire

enfants : mercredi 7/10 (15h-17h) ou samedi 10/10 (10h-12h)
adultes : vendredi 9/10 (20h-22h) ou samedi 10/10 (15h17h)

C’est OÙ ?

 Au Fort Kléber à Wolfisheim

dans nos locaux et dans le parc, lorsque le temps le permet. 

C’est QUAND ?

Les ateliers ont lieu

de novembre à juin 2020

(hors vacances scolaires)

Pour les enfants : (de 8 à 16 ans) Un  atelier hebdomadaire  de 2 heures
le mercredi après-midi (pour les plus jeunes) et/ou le samedi matin (pour les plus âgés).

Pour les adultes : Un atelier mensuel de 7×7 heures
(8/11 – 13/12 – 10/01 – 7/02 – 14/03 – 18/04  – 23/05)

Qu’est-ce qu’ON Y FAIT ?

ON JOUE ! 

ensuite : ON JOUE !

 et enfin : ON JOUE !

Mais pas pour soi seul :  on joue pour les autres, avec les autres.
C’est ça, le Théâtre – theatron en grec : c’est-à-dire «  le lieu où l’on regarde ».

Mais pas pour rigoler : c’est très sérieux, un enfant qui joue !
Il y met toute son âme, toute sa vie.

Mais pas pour faire semblant : c’est avec toute ta sincérité que tu viens sur la scène.
Sinon, ça ne marche pas, c’est faux et personne n’y croit, toi en premier.

L’orientation  artistique  des ateliers du THENSO est clownesque,
pour les adultes en tout cas, … mais pas que… Le nez rouge est le plus petit masque du monde qui, au même titre que le masque neutre, le masque grotesque ou celui de la commedia dell’arte, permet l’exagération :  élargir son expression, agrandir ses états et dilater l’âme. Le nez de clown, tout comme le travail du chœur, du burlesque ou de la danse libre, participe de cette POESIE qui est au chœur de notre travail.

C’est COMBIEN ?

60 € /trimestre (enfants) + 15€ de cotisation annuelle
50€ /atelier (adultes) +  15€ de cotisation annuelle

C’est NOUVEAU …

  • Un stage pendant les vacances de la Toussaint 
    du 27/10 au 30/10 : enfants : 10h-16h / adultes 19h30-22h 
    samedi 31/10 : 10h – 18 h : tout le monde
    dimanche 1er novembre : 17h /  restitution – public invité + buffet.

L’idée de ce stage c’est de réunir les enfants et les adultes autour d’un projet commun :

« Construire ensemble, pendant les 5 jours de stage, la trame d’un petit spectacle ».

Les enfants se retrouveront du mardi au vendredi dans la journée, les adultes, le soir.
Le samedi 31/10, enfants et adultes joueront ensemble et mettront au point leur spectacle, qui sera représenté devant un public d’invités le dimanche 1er/11  dans l’après-midi.

C’est également une manière de clore une saison qui s’est figée  brutalement dans le silence et de repartir pour une nouvelle saison dans la joie de l’énergie retrouvée.

Bulletin d’INSCRIPTION

Merci de renvoyer le bulletin rempli et signé à :
theatredesenfantsdusoleil@gmail.com
ou de le remettre en mains propres lors de la première séance.

Quand Christa anime …


Les reprises de notre spectacle :

sera joué au Point d’Eau d’Ostwald 

le 8/12/2020 : spectacle scolaire 
le 9/12/2020 : spectacle tout public, à 20h 

et à Wolfisheim, dans la salle culturelle :

le 9/04/2021 : scolaires
le 10/04/2021 : Tout public, à 20h
le 11/04/2021 : tout public, à 17h 

Quelques photos…

Le teaser

Le résumé

Dans les combles du Théâtre impérial de Strasbourg, quatre ouvrières réparent accessoires et costumes de scène.

Il y a la vieille Alsacienne, Léna, qui y travaille depuis plus de quarante ans ; Léonie, la pieuse et réservée mère de famille ; la cheffe d’atelier, Madame Rose, venue de la France voisine ; et la pétulante Allemande, Anna, qui anime l’atelier par sa gaieté et sa candeur.

En 1876, peu après l’annexion de l’Alsace au IInd Reich, les souffrances de la guerre, l’humiliation des vaincus et la cruauté des vainqueurs brûlent encore vivement la chair et les cœurs. Aussi, lorsque la colère ou le chagrin débordent, elles empoignent ce qu’elles ont à portée : d’un tisonnier ou d’une marionnette naissent des personnages de la mythologie grecque, dont la métamorphose tragique sert à la fois d’exutoire et de consolation.

Par les mythes et la force du théâtre, une autre Métamorphose opérera. Le soir, aucune des quatre femmes ne quittera l’atelier comme elle y était entrée au petit matin.

La presse en parle

article DNA -01.11.2019.jpg

Le dossier pédagogique

Les projets d’action culturelle